Si loin

Commencer à penser à préparer son sac, le peu, le moins possible, il y a toujours trop puisque le presque rien, ça irait aussi. Ici, c’est résister à la pulsion de prendre en fonction du loin, plus c’est loin, plus il faut, parce que c’est faux et qu’aussi, ce trop, c’est toi qui sur le dos l’auras.

Et puis, loin, c’est quoi ? Hier, de là-bas où il est suspendu dans son vide, le télescope spatial James Webb nous a balancé quelques photos de vacances qui regardent encore plus loin, dans le Temps. Littéralement. Alors mon loin à moi…

Sans compter que dans son loin à lui, à l’engin dans le rien, il a vu, lu, ces traces indéniables de vapeur d’eau, de nuages flottant dans l’atmosphère d’une planète dont l’adresse est à mille années-lumières. Il faut s’imaginer et les nuages, et tout le reste, tout ce chemin, la tête du facteur.

Du coup, un seul short me suffira. Je crois.

 

dbourrion Écrit par :

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.